Le DIF pour booster vos langues

Le Droit individuel à la formation (DIF) permet aux salariés de se former grâce à un financement de leur entreprise. Les formations en langues, notamment en anglais, figurent parmi les plus demandées. Un bon moyen d’améliorer ses compétences linguistiques à moindre coût.

"Je manquais de vocabulaire et de structures de phrase pour mener à bien des négociations en anglais. Le DIF m’a permis de combler ces lacunes tout en améliorant mon écoute et ma compréhension des différents accents du Commonwealth". Ilies Lenief, 32 ans, responsable en contrôle de gestion chez BNP-Paribas, a suivi 15h de cours individuels dispensées par la société Langues et Entreprises dans le cadre du Droit individuel à la formation (DIF). Grâce à ce dispositif mis en place en 2004, les salariés français en CDI ou en CDD peuvent solliciter le financement d’heures de formation auprès de leur employeur.

Un salarié en CDI accumule 20h de droit à la formation chaque année. Il peut cumuler ces heures avec un maximum de 120h sur 6 ans pour un emploi à temps plein (12 ans pour un mi-temps). Pour les CDD, ce droit est ouvert au bout de 4 mois de contrat, consécutifs ou non dans les 12 derniers mois. Le nombre d’heures utilisables dans le cadre du DIF est alors calculé au prorata du nombre de mois travaillés (par exemple 10 heures pour 6 mois).

Perfectionnement

Les formations DIF sont souvent des formations courtes puisque le nombre d’heures disponibles est limité. "Le format du DIF est adapté aux formations en langue : cela permet d’entretenir son niveau ou d’effectuer un perfectionnement ciblé", explique Michel Souvré, responsable de formation chez VINCI Construction France. Les organismes de formation proposent, en général, des formules sur mesure, qu’ils développent après un entretien avec la personne concernée.

Les types de cours proposés sont très divers afin de s’adapter à toutes les demandes : cours individuels ou en groupe, cours par téléphone, e-learning, immersion (en France ou dans un pays anglophone)… La plupart du temps, ces formations ne sont pas sanctionnées par un diplôme, mais Wall Street Institute ou Vocable proposent des formules qui incluent le passage du TOEIC.

Comment s’y prendre ?

Pour faire valoir son droit individuel à la formation, le salarié doit lui-même effectuer les démarches et se tenir informé. "L’information de l’entreprise à ses employés sur le DIF se résume bien souvent à une lettre annuelle des services de ressources humaines", explique Philippe Incagnoli, directeur marketing du Wall Street Institute France.
La loi n’impose pas aux entreprises d’en faire plus. Le salarié doit choisir la formation qu’il souhaite effectuer (par exemple apprendre à faire une présentation de documents en anglais) et demander l’accord de son employeur par courrier. Ce dernier dispose d’un délai d’un mois pour répondre ; l’absence de réponse vaut acceptation. Pour éviter toute contestation sur les délais, il est préférable d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception.

Les organismes de formation proposent, la plupart du temps, une aide personnalisée aux salariés qui souhaitent utiliser leurs heures de DIF. "Si un collaborateur désire des conseils, nous accompagnons sa démarche", explique Thierry Delahaye, président de l’organisme de formation Connecting English, "nous l’aidons à choisir la formation adéquate et à rédiger sa lettre de demande". Même son de cloche chez son concurrent du Wall Street Institute où les conseillers peuvent également entrer en contact avec l’entreprise si le salarié le souhaite. Certains organismes, comme Adomlingua ou Vocable, proposent des lettres types sur leur site Internet.

Comment choisir ?

Le choix d’une formule dépend des besoins du salarié. Souhaite-t-il améliorer avant tout son écoute ? Faire des progrès à l’écrit ? A-t-il besoin d’acquérir du vocabulaire dans un domaine précis ou plutôt d’entretenir son niveau général de langue ? La formule intensive est la plus adaptée pour un perfectionnement thématique. En revanche, si vous souhaitez entretenir et consolider durablement votre niveau d’anglais, une formule étalée sur l’année sera plus appropriée.

Parfois, le nombre d’heures de cours nécessaires pour réellement progresser est supérieur au crédit DIF du salarié. Celui-ci peut alors payer lui-même les heures supplémentaires, attendre d’avoir accumulé d’autres heures ou… convaincre son entreprise de financer ces heures dans le cadre d’un autre dispositif de formation.

David Allais

Publié le 24/10/2012
Organismes spécialisés partenaires de Vocable
Civi-Ling
VERDIÉ
Colegio Delibes
ACTIVA Langues
InTuition Languages
ISPA
Kaplan
Vivalangues, Pour Vivre les Langues
IP international
Nacel
ETS Global
Eurocentres
Centre Easylangues
Club Langues et Civilisations
Langues Vivantes
WEP
Education First
ESL
Tout pour progresser !
Le Magazine Vocable anglais
Le Pack conversation anglais
Le Cahier de vacances anglais
Le Magazine Vocable pour progresser en anglaisLe Magazine Vocable pour progresser en anglais Le Pack conversation Vocable pour progresser en anglaisLe Pack Conversation Vocable pour progresser en anglais Le Cahier de vacances pour progresser en anglaisLe Cahier de Vacances Vocable pour progresser en anglais