La classe américaine

Vocable fait le point sur les possibilités de faire ses études Etats-Unis et au Canada, deux pays frères dont le dynamisme et les universités, qui dominent les classements mondiaux, attirent chaque année des dizaines de milliers d’étudiants français.

Pour construire un projet d’études supérieures aux Etats-Unis ou au Canada, "il faut s’y prendre au moins un an à l’avance", recommande Valérie Montembault, chargée de mission au service international du Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ). C'est en effet le temps qu'il vous faudra pour identifier une formation, établir votre budget, préparer votre candidature et faire d’éventuelles demandes de bourse.

Excellentes sources d’information, le centre culturel canadien (www.canadainternational.gc.ca) et la commission franco-américaine (www.fulbright-france.org) peuvent vous accompagner dans ces démarches. Le service international du CIDJ peut également vous recevoir en entretien individuel, tous les jeudis après-midi. Pour plus de renseignements, consultez les sites www.jcomjeune.com et www.cidj.com.

Faire le point

"Chez les jeunes que je rencontre, il y a souvent une confusion entre la volonté d'améliorer son anglais et celle de suivre un cursus universitaire", observe Valérie Montembault. En amont, il s'agira donc de faire le point sur votre niveau d'anglais. S'il n'est pas suffisant pour intégrer un cursus à la fac, vous pourrez alors envisager un séjour linguistique pour une mise à niveau. "Il est possible de passer un semestre ou une année académique en école de langue. Une formation que l'on peut valoriser en passant sur place un diplôme de type examen de Cambridge, TOEFL ou TOEIC", explique Yohann Duchatelle, fondateur d'Idéalangues.

Des organismes comme ESL, AILS et Idéalangues proposent ce type d’immersion, dont la durée peut varier d’un trimestre à un an. Il existe aussi des formules hybrides très complètes, comme le séjour "Gap year" proposé par ILAC au Canada, qui débute avec un semestre en école de langue suivi d’un semestre d’étude dans une université.

Candidature

Si votre maîtrise de l’anglais est suffisante pour envisager un Bachelor ou un Master outre-Atlantique, il vous faudra passer un test de langue. Les universités américaines et canadiennes exigent généralement le TOEFL. Auquel peuvent s'ajouter d'autres examens de connaissances (SAT, GMAT, GRE, etc...). Outre ces tests, vous devrez joindre vos relevés de notes ainsi que deux ou trois lettres de recommandation d'anciens professeurs. Enfin, on vous demandera de rédiger un "statement of purpose", l'équivalent de notre lettre de motivation, version longue !

Pour mettre toutes les chances de votre côté, "essayez de comprendre ce qui pourrait intéresser l'université dans votre profil", conseille Hugo Zylberberg, 22 ans, admis en Master de Public policy à Harvard. "Il ne faut pas hésiter à mettre en avant des choses qu'ils n'ont pas l'habitude de lire et tenter de se positionner sur un secteur porteur. Avant tout, ils cherchent un réseau d'alumni cohérent et complet. Et si vous apportez de la richesse au réseau, vous marquez beaucoup de points. Enfin, faire relire votre dossier par des anglophones en qui vous avez confiance est absolument nécessaire."

Pour vous aider à concrétiser votre projet, il est aussi possible de faire appel à des organismes spécialisés, à la croisée du coach et du conseiller d’orientation international (voir encadré). Avec des conditions d’admission beaucoup plus souples, les "Certificate programs" constituent une alternative intéressante, en plus d’être moins onéreux. S’ils ne peuvent conduire à un diplôme de type Bachelor ou Master, ils donnent tout de même accès à une formation professionnalisante et "certifiante", sur quelques mois ou un an. Certains organismes, comme AES, proposent ce type de formules dans des universités aussi prestigieuses que Berkeley, Stanford et UCLA.

Budget

La formule la plus avantageuse est sans conteste l'échange universitaire, qui permet de payer uniquement les frais de scolarité de votre établissement d’origine. En dehors de ces programmes, le coût d’une année d’études aux Etats-Unis s’élève généralement entre 6 000 dollars en community college et 50 000 dollars pour les universités privées les plus chères. Au Canada, il faut compter entre 8 000 et 26 000 dollars canadiens, à l’exception du Québec, qui permet aux Français de payer les mêmes frais de scolarité que les Québécois, autour de 3 000 dollars canadien.

Quant aux bourses d'étude, sachez qu’elles apparaissent surtout au niveau Master. Pensez à la bourse Fulbright, aux bourses athlétiques et à celles offertes par quelques Rotary clubs. Les universités nord-américaines ayant développé leurs propres bourses d’excellence, il faudra vous renseigner directement auprès de celles-ci. De même que pour les postes d'assistant, une bonne solution pour financer vos études sur place.

Outre ces voies classiques, quelques organismes de séjours linguistiques aident des étudiants à vivre leur rêve américain. C’est le cas d’ISPA, qui négocie des bourses pouvant couvrir jusqu’à 60% des frais de scolarité, à condition d’avoir un bon dossier scolaire et un niveau d’anglais déjà solide.

Bon à savoir

Préparation à l’admission

Pour vous aider à intégrer une université nord-américaine, certains organismes ont développé des programmes d’accompagnement personnalisé. En France, c’est le cas de l'agence Study Experience, qui vous épaulera de la constitution de votre dossier de candidature à l’organisation du voyage.

Vous trouverez le même type de service dans le cadre de séjours linguistiques. ILAC a ainsi développé des formules "pre-degree" en partenariat avec une cinquantaine d'universités canadiennes. Le programme vous aide à construire votre projet d'études, à intégrer une université et à vous préparer aux exercices que vous y rencontrerez.

Liens utiles

AES : www.aes-sejour-linguistique.com
AILS : www.sejours-linguistiques.com
ESL : www.esl.fr
IDÉALANGUES : www.idealangues.com
ILAC : www.ilac.com
ISPA : www.ispa.fr
Study Experience : www.studyexperience.fr

Emilie Cochaud

Publié le 4/04/2014
Organismes spécialisés partenaires de Vocable
VERDIÉ
Education First
ACTIVA Langues
Langues Vivantes
IP international
Colegio Delibes
Nacel
Club Langues et Civilisations
Eurocentres
Civi-Ling
ETS Global
InTuition Languages
ESL
Centre Easylangues
WEP
ISPA
Vivalangues, Pour Vivre les Langues
Kaplan
Tout pour progresser !
Le Magazine Vocable anglais
Le Pack conversation anglais
Le Cahier de vacances anglais
Le Magazine Vocable pour progresser en anglaisLe Magazine Vocable pour progresser en anglais Le Pack conversation Vocable pour progresser en anglaisLe Pack Conversation Vocable pour progresser en anglais Le Cahier de vacances pour progresser en anglaisLe Cahier de Vacances Vocable pour progresser en anglais