Les contes du suicidé

#

Les contes du suicidé

de Lucas Nine et Lautaro Ortiz

Cette bande-dessinée...

#

Les contes du suicidé

de Lucas Nine et Lautaro Ortiz

Cette bande-dessinée adapte trois contes d’amours et de mort d’Horacio Quiroga. La mort, l’auteur uruguayen l’a tutoyée depuis sa plus tendre enfance et son œuvre est marquée par "cette facilité sinistre à mourir". Les dessins de Lucas Nine (fils du célèbre Carlos Nine) recréent un univers fantastique et sombre, où la mort apparaît telle un fantôme ou une mariée qui perd chaque jour quelques gouttes de sang sur son oreiller. Chaque vignette est un tableau à part entière. Editions Warum, 128 pages, 18 euros

Plus d'infos sur www.warum.fr

Mourir au printemps

#

Mourir au printemps

de Ralf Rothmann

Allemagne, 1945. Deux amis de 17 ans sont enrôlés de force dans les...

#

Mourir au printemps (Im Frühling sterben)

de Ralf Rothmann

Traduit de l'allemand par Laurence Courtois - Allemagne, 1945. Deux amis de 17 ans sont enrôlés de force dans les SS, alors que la capitulation allemande approche. Walter et Fiete sont envoyés en Hongrie. L’un part sur le front, l’autre déserte. Et Fiete se retrouve devant le peloton d’exécution, de l’autre côté de la gâchette, son meilleur ami Walter... Ralf Rothmann réhabilite cette génération sacrifiée et étudie la question de la filiation : que transmet un père qui a vécu la guerre à son fils ? Editions Denoël, 240 pages, 17 euros

Plus d'infos sur www.denoel.fr

Le grand combat

#

Le grand combat

de Ta-Nehisi Coates

Ta-Nehisi Coates a grandi à Baltimore dans les années 70-80. Il raconte comment...

#

Le grand combat

de Ta-Nehisi Coates

Ta-Nehisi Coates a grandi à Baltimore dans les années 70-80. Il raconte comment il a fait pour échapper à son destin de voyou, sa survie face à la violence et au crack. Pour s’en sortir, son père, un ancien membre des Black Panthers, lui a fait lire des ouvrages de Malcolm X et de James Baldwin. Ta-Nehisi s’est découvert une passion pour la lecture et il a eu une révélation qui a changé son point de vue sur la société. Pour son frère ainé Bill les choses n’ont pas été aussi simples… Ce roman autobiographique nous plonge dans le quotidien de l’auteur, il nous dévoile le sentiment des adolescents noirs des Etats-Unis dans les années 70/80. Autrement, 19 euros – sortie le 11 janvier 2017
Chronique rédigée par Dalla Diarra, Lycée Armand Carrel, 75019 Paris

Plus d'infos sur www.autrement.com

Une bobine de fil bleu

#

Une bobine de fil bleu

d’Anne Tyler

A Baltimore, la famille Whitshank s’est...

#

Une bobine de fil bleu

d’Anne Tyler

A Baltimore, la famille Whitshank s’est construite sur sept décennies et trois générations dont Red et Abby sont aujourd’hui les grands-parents vieillissants et fragiles. Comme dans chaque maison, il y a une histoire officielle, celle que l’on se transmet de père en fils, et puis il y a les non-dits, les évènements cachés, ceux que l’on s’efforce de cacher ou d’oublier... Où se cache le bonheur ? C’est le vingtième roman de l’écrivaine américaine Anne Tyler, et c’est toujours aussi captivant. Phébus, 400 pages, 22 euros

Plus d'infos sur www.editionsphebus.fr

L'homme au grand bi

#

L'homme au grand bi

D’Uwe Timm

"Il détourna la conversation sur le vélocipède : il se mit à parler avec enthousiasme...

#

L'homme au grand bi (Der Mann auf dem Hochrad)

D’Uwe Timm

Traduit de l’allemand par Bernard Kreiss, Illustré par Sophia Martineck. "Il détourna la conversation sur le vélocipède : il se mit à parler avec enthousiasme, en gesticulant comme un diable qui vient de sortir de sa boîte, de l’influence bienfaisante et transformatrice de la machine sur l’esprit et le corps de l’homme." A Cobourg en Bavière, le taxidermiste Schroeder se découvre une nouvelle passion : le grand bi. Ni les blessures, ni les railleries, rien ne pourra entraver son goût pour cette bicyclette haut perchée. Une invention qui porte en elle une avant-garde décisive, et cristallise bientôt les querelles entre progressistes et conservateurs. Des personnages truculents, des péripéties savoureuses, sans oublier ce ton sarcastique et cet humour noir qui accrochent sur le visage du lecteur un sourire tenace. Le Nouvel Attila, 240 pages, 20 euros

Plus d'infos sur www.lenouvelattila.fr