L'anglais pour les petits : conseils et formules pour un apprentissage efficace

"Les enfants sont des éponges", entend-on ici et là. A peine les premières dents apparues, l'enfant serait même capable de saisir tous les phonème du monde ! L'apprentissage précoce séduit alors de plus en plus de parents, conscients de leurs lacunes et soucieux de préparer leur progéniture à un marché du travail ultraconcurrentiel. Paroles d'experts à l'appui, Vocable s'arrête sur les tendances en la matière, des plus traditionnelles aux plus technologiques.

L'anglais dès le biberon : méthode probante ou astuce marketing ?

Les très jeunes enfants disposent d'une plasticité cérébrale qui ne se reproduira plus et il faut en profiter ! C'est à partir de ce constat que Speaking Agency renforce son approche inspirée des pédagogies actives comme celle de Montessori. Éveiller les sens de l'enfant, dès 2 -3 ans, et développer son autonomie sont les objectifs du 'baby-speaking', allant de l'initiation à l'immersion avec un natif ou de niveau langue maternelle. Les temps sont balisés par des rituels du quotidien pour mettre à profit ces fins de journées. Priorité donc à l'oral et à une prise de parole, même balbutiante, de l'enfant.

Kids and Us centre quant à lui, sa méthode sur l'écoute pour une stimulation très précoce, dès les premiers mois de la vie. Ce réseau de centres franchisés accompagne les enfants jusqu'à l'adolescence et propose pour l'été une offre 'Summer readers', soit des activités ludiques et littéraires pour les 9 mois – 13 ans afin de "rester en contact" avec l'anglais. A chaque tranche d'âge sa collection : 'Play & Learn' (0-2 ans), Many Monsters (2-10 ans) et 'Readers' (8 ans et +). Quel est alors l'âge idéal à partir duquel l'enfant doit commencer à être exposé à une langue étrangère ? "Les chercheurs ont des opinions divergentes", prévient la linguiste Carla Soares-Jesel, rattachée au Laboratoire de linguistique formelle du CNRS. Cette enseignante-chercheuse cite notamment Jürgen Meisel, qui "considère que la période située autour des 4 ans est importante pour le développement grammatical. Par ailleurs, une exposition après 7 ans permettra une assimilation proche de celle d'un adulte. Mais attention, la seule exposition précoce ne suffit pas, d'autres facteurs comme la motivation ou la personnalité de l'enfant comptent tout autant".

Interaction et imagination : maîtres-mots d'un apprentissage réussi

Le British Council n'est pas en reste avec désormais des formules de cours de la petite à la grande section de maternelle à raison de deux ou trois heures par semaine. Chaque leçon est organisée autour d'une routine plan, do, review à base de chansons pour une meilleure mémorisation. Côté formules intensives, un stage de 30 heures à Paris pendant les vacances scolaires est possible avec au programme lecture et création d'un livre de contes, arts plastiques, sport... Les enfants enchaînent les activités de 9h30 à 17h, avec une restitution devant leurs parents à la fin de la semaine ! En complément, l'application 'Learning Time with Timmy 3' sert à réviser les mots appris en classe.

Vivaling, entreprise spécialisée dans l'apprentissage par visio-conférence, mise aussi sur l'interaction malgré les centaines voire les milliers de kilomètres séparant professeur et élève. L'agence annonce quelques nouveautés pour la rentrée scolaire comme des évaluations formelles avec la remise d'un diplôme et d'une grille d'équivalences avec les systèmes Cambridge et IELTS.

Carla Soares-Jesel nous signale les travaux de sa consoeur américaine Patricia Kuhl, qui aboutissent à la conclusion suivante : mettre l'interaction au coeur de l'apprentissage est fondamental. L'étude menée sur des bébés de 9 mois et demi à 10 mois et demi démontre qu'ils apprennent l'information phonétique d'une langue étrangère en interagissant. L'écoute ou le visionnage passif n'ont en revanche pas d'effets sur eux...".

L'avis de l'expert

Céline Peel, spécialiste en pédagogie Montessori et en apprentissage des langues étrangères, consultante pour Speaking Agency

A quels outils et méthodes un enfant est-il le plus réceptif ? Il faut veiller à ce que l'oral précède l'écrit, qu'il existe un entraînement à l'écoute par des chansons, des histoires ou des dialogues. La prise de parole est aussi primordiale et passe par des petits échanges et la réalisation de phrases complètes. Enfin, il est bon de rappeler que les séances d'anglais sont également l'occasion de découvrir la culture des pays anglophones.

Comment familiarise-t-on les petits à une langue étrangère comme l'anglais ?

Les jeunes enfants adorent copier de nouveaux sons, de nouveaux mots... Ce sera également vrai pour la nouvelle langue ! On les y familiarise en s’axant sur l'oral, l'écoute de CD de comptines dans la voiture, en regardant un imagier avec les mots du quotidien de l'enfant, etc.

Comment se concrétise cet apprentissage précoce chez l'enfant passé par cet éveil, par rapport à un autre enfant dont le contact avec l'anglais ne se fait qu'à l'école ?

Le linguiste J. Petit parlait de "la chaleur du nid" : on apprend mieux dans un environnement familier, chaleureux. Les jeunes enfants peuvent commencer par un apprentissage silencieux en écoutant la langue étrangère, sans avoir la contrainte sociale de produire une belle phrase avec une syntaxe correcte.

Pourquoi un très jeune enfant mémorise-t-il mieux et apprend-il mieux une langue étrangère ?

Jusqu'à 6-7 ans, s'il écoute des chansons en anglais, l'enfant mémorise presque naturellement le rythme et la prosodie de la langue. Ensuite, il va toujours pouvoir apprendre une langue étrangère mais davantage en la comparant à sa langue maternelle. Les sons différents comme le "th" anglais deviennent un peu plus difficiles à produire. En revanche, puisqu'il maîtrise mieux sa langue maternelle, il pourra assez vite en acquérir une autre.

Quels conseils donneriez-vous aux parents pour 'capitaliser' cet apprentissage à la maison : doivent-ils par exemple leur parler en anglais ?

Régler la langue des dessins-animés, afficher les sous-titres, voici quelques bons réflexes faciles à mettre en place. Des petites routines familiales peuvent aussi être installées : enjoy your meal! Let's brush your teeth! Sleep well! Les parents peuvent se lancer en anglais car les enfants aiment beaucoup voir les adultes faire des efforts pour apprendre. Mais cela doit être naturel. Le plus important est de montrer de l’intérêt pour ce que l'enfant fait avec son professeur sans pour autant en attendre des résultats miraculeux et immédiats.

Contacts utiles

Speaking agency : www.speaking-agency.com
Kids and us : www.kidsandus.fr
British council : www.britishcouncil.fr
Vivaling : vivaling.com

Par Antoine MADEC

Publié le 1/10/2020
Organismes spécialisés partenaires de Vocable
Move and Study
Talkisy
VERDIÉ
Colegio Delibes
Vivalangues, Vivre et apprendre les langues
Nacel
Tout pour progresser !
Le Magazine Vocable anglais
Le Pack conversation anglais
Quiz et Jeux
Les pièges de l'anglais
Le Magazine Vocable pour progresser en anglais Le Pack conversation Vocable pour progresser en anglais Quiz et Jeux les pièges de l'anglais

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites.