Les sorties DVD

  • Josep

    Aurel

    Peu connu du grand public, Josep Bartolí (1910-1995) était un dessinateur et militant antifranquiste qui a connu l’exil en France et au Mexique avant de s’installer définitivement à New-York où il s’est illustré en tant que scénographe et peintre. Ses dessins en noir et blanc des différents camps du Sud de la France où ont été parqués les républicains en 1939 constituent un témoignage exceptionnel de cet épisode historique. La force expressionniste du trait avait fasciné le dessinateur français Aurel lors de leur parution en 2009 dans le livre La Retirada de Georges Bartoli (Editions Actes Sud). Une décennie plus tard, Aurel a choisi d’en faire le sujet de son premier long métrage. Un film d’animation qui n’est ni un biopic sur Josep Bartoli ni un documentaire sur les camps, mais une fiction documentée traversée par la grâce du dessin, de l’aquarelle et portée par la musique de Silvia Pérez Cruz et la voix de Sergi López. En bonus, un entretien avec le réalisateur, son court métrage Octobre noir et l’exceptionnel documentaire de Vincent Marie Bartolí, Le dessin pour mémoire. Blaq out 14,99 euros

    Regarder la bande-annonce

    Télécharger le VOscope

    Gagnez des DVD !

    Publié le 2/02/2021

  • Epicentro

    Hubert Sauper

    Cuba fait l’objet de nombreux documentaires du fait de sa singularité historique, sociale et culturelle. Epicentro apporte un regard intéressant sur l’histoire de l’île notamment en la présentant comme l’épicentre de trois dystopies : la traite d’esclaves, la colonisation et la globalisation du pouvoir. A travers les incroyables témoignages d’enfants de La Havane le cinéaste tend le fil de l’histoire de l’île où se sont confrontés impérialisme et capitalisme. Grand Prix du Jury Documentaire étranger à Sundance. Blaq out 14,99 euros

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 2/02/2021

  • Eva en août

    Jonás Trueba

    Eva, jeune comédienne d’une trentaine d’années a décidé malgré la canicule estivale de rester à Madrid en août et de redécouvrir la ville avec des yeux neufs. Au hasard de ses déambulations dans les musées, les rues et les bars elle fait plusieurs rencontres… Cette parenthèse estivale lui permet de faire le point sur son parcours amoureux et existentiel. Ce cinquième long métrage de Jonás Trueba a la fraîcheur et le charme d’un conte rohmérien. Et la grâce du jeu de l’actrice Itsaso Arana y est pour beaucoup. C’est aussi un superbe portrait de la capitale espagnole.

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 5/01/2021

  • Nuestras Madres

    César Díaz

    A l’instar de La Llorona de son compatriote Jayro Bustamante, César Díaz évoque lui aussi le drame du génocide guatémaltèque. Si Bustamante jouait avec les codes du fantastique, César Díaz aborde le sujet de façon presque documentaire, même s’il s’agit d’une fiction. Ernesto, un jeune anthropologue employé à l’Institut médico-légal tente de retrouver les dépouilles des disparus dans des charniers. Au fil de sa quête, le jeune homme devra affronter les fantômes de son propre passé. Nourri par sa propre histoire et son travail d’enquête, César Díaz évoque avec beaucoup de force la question du devoir de mémoire dans un pays meurtri par 30 ans de guerre civile. Caméra d’or au Festival de Cannes 2019. Sortie le 8 septembre 2020, Pyramide Vidéo, 19,99 euros

    Regarder la bande-annonce

    Gagnez des DVD !

    Publié le 2/09/2020

  • Lara Jenkins

    Jan-Ole Gerster

    Aujourd’hui, Lara Jenkins a 60 ans. Élégante et seule, elle parcourt Berlin et distribue des places de concert. Son fils Viktor va donner son premier récital de piano. Elle a fait de lui un génie. Et il l’évite. Remarquable variation sur les doutes d’un artiste, le prix du succès et l’intransigeance d’une mère qui projette ses propres frustrations. On retrouve les déambulations berlinoises inquiètes d’Oh boy, et l’ironie un brin cruelle du réalisateur. Une superbe partition magnifiquement interprétée, mêlant humour et gravité avec maestria.

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 8/07/2020

  • Lettre à Franco

    Alejandro Amenábar

    Salamanque 1936. Miguel de Unamuno est l’un des intellectuels les plus respectés d’Espagne. Le philosophe occupe le poste prestigieux de recteur de l’Université de Salamanque. Au moment du soulèvement militaire de juillet 1936, Unamuno prend tout d’abord le parti des militaires, croyant que la rébellion est nécessaire pour sauver la liberté de l’Espagne, mais face aux exécutions sommaires et la cruauté du fascisme incarné par le général et fondateur de la légion Millán-Astray, il change de camp. Le 12 octobre 1936, il s’oppose courageusement au régime lors de son célèbre discours au sein de l’amphithéâtre de l’université de Salamanque. A travers la figure tout aussi contradictoire que fascinante d’Unamuno, le cinéaste Alejandro Amenábar décrit les premiers mois du conflit. Et il réussit à construire une narration habile mettant en parallèle l’ascension de Franco à la réflexion et au doute de Unamuno. en VOD le 16 juin 2020

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 26/05/2020

  • Les filles du Dr March

    Greta Gerwig

    Nées sous la plume de l’Américaine Louisa May Alcott en 1868, Les aventures des quatre filles du Dr March ont été suivies par des générations de lecteurs. Dans cette nouvelle adaptation, la réalisatrice Greta Gerwig prouve que ce grand classique n'a pas pris une ride : avec son rythme enlevé, ses décors somptueux et son casting d'envergure, le film retrace avec brio les joies et les peines du passage à l'âge adulte.

    Regarder la bande-annonce

    Gagnez des DVD !

    Publié le 25/05/2020

  • Viendra le feu

    Oliver Laxe

    Libéré après avoir purgé une peine pour incendie volontaire, Amador retourne chez sa mère Benedicta dans un village perdu de Galice. Le quotidien est rythmé par le soin de la terre et des vaches, par les traditions séculaires d’un monde rural en voie de disparition. On parle peu mais le regard que porte Benedicta sur son fils est exempt de toute rancœur. On vit au rythme de la nature et on sent qu’Amador est en communion spirituelle avec cette nature, qu’elle le protège du regard des villageois qui ne semble voir en lui qu’un marginal. Mais le jour où le feu revient en Galice, le regard des autres se charge d’une haine viscérale envers Amador, "M, le maudit" rural... Avec une économie de dialogues, des acteurs non professionnels et une caméra qui capte le moindre bruissement de la forêt, Olivier Laxe aborde toute la dimension mystique et philosophique de notre condition humaine face à la nature. Avec Amador Arias et Benedicta Sánchez (prix Goya du meilleur espoir féminin)

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 4/02/2020

  • Buñuel après l’âge d’or

    Salvador Simó

    Ce film d’animation retrace le tournage de Las Hurdes, terre sans pain, le documentaire que Buñuel tourna pendant un mois en 1932 dans cette région pauvre et oubliée d’Estrémadure. A travers les péripéties du tournage du film, on découvre un jeune Buñuel, hanté par ses obsessions et férocement marqué par le surréalisme qu’il tente de fuir. Le réalisateur Salvador Simó n’hésite pas à reconstituer les célèbres scènes "provoquées" du documentaire telles que celles de l’âne mort attaqué par les abeilles ou de la fausse chute de la chèvre dans le précipice. Et à nous raconter avec beaucoup d’humour la belle amitié qui a uni Buñuel à son mécène, l’artiste Ramón Acís. En bonus une interview du réalisateur Salvador Simó. Le film vient de recevoir le prix du meilleur film d’animation européen. 19,90 euros

    Regarder la bande-annonce

    Gagnez des coffrets !

    Publié le 10/12/2019

  • Rojo

    Benjamin Naishat

    Dans une petite ville argentine de province dans les années 70, Claudio (Darío Grandinetti) coule des jours tranquilles entre son cabinet d’avocat et sa petite vie de famille. L’ennui semble même légèrement pointer dans cette existence confortable mais Claudio aime la sécurité de la routine... Un soir alors qu’il s’apprête à dîner dans un restaurant, un homme vient perturber son repas et une altercation dramatique en découle… Jouant sur les codes du film policier des années 70 avec une superbe reconstitution et des clins d’œil au cinéma de Brian de Palma, Benjamin Naishat réalise un portrait implacable de la bourgeoisie de province. Une société au bord de l’asphyxie prête à tout pour garder ses privilèges, quitte à souhaiter l’établissement de la dictature. Grandinetti y campe un personnage en demi-teintes, un homme "ordinaire", allégorie d’une partie de la société argentine de 75. 14,99 euros

    Regarder la bande-annonce

    Publié le 13/11/2019

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites.